SAN MICHELE à Murato

SAN MICHELE à Murato

Considérée au XIX ème siècle, comme la plus belle de Corse par Mérimée. Avant de vous approcher de San Michele, observez les environs…Là haut , vers les crêtes, voyez les châtaigniers, plus bas dans la vallée, les bosquets de chênes, les oliveraies, jardins et vignes. Vous contemplez A Conca d’Oro, la riche conque d’or comme l’appelait Pascal Paoli. L’esplanade dominée par la chapelle était jadis constellée d’aghje, ou aires de battage, dallée de pierres. Venus de tous les environs, les hommes menaient ici leurs équipages de boeufs. Attachés par deux et guidés par un chant spécifique, a tribbiera, les animaux tiraient un lourd boulet de pierre pour séparer le grain de la paille….

Bâtie vers 1200, les murs de la chapelle sont constitués de moellons de serpentine verte, de calschiste et de calcaire clair. Observez sous le toit, les motifs sculptés de la frise. Entre les personnages et les animaux, des gerbes de blé, des outils. Voilà l’explication : un temps, l’église servit de tribunal. Les sculptures évoquent les condamnations réservées aux voleurs de grains et autres malfaisants.

S’il vous reste un peu de temps, monter jusqu’au village de Murato pour admirer l’architecture typique des maisons des maisons de ce gros bourg, où Pascal Paoli vécut de 1755 à 1769, année du rattachement de la Corse à la France et de la naissance de Napoléon. Le général de la nation Corse, qui habitait au couvent, installa au village, l’atelier de production de la monnaie insulaire, a Zecca.

#églises #nebbio #patrimoine #religieux

Balades en Corse

© Balades en Corse  2018 

Tous droits réservés 
Déclaration CNIL 2110505  

Mentions Légales
Tél : +(33) 6 31 82 48 51